Tu veux ou tu veux pas

Avec mes règles, c’est souvent le jeu de « j’arrive/j’arrive pas » Cela fait 2 ou 3 fois que j’ai soudain un saignement rouge assez important, donc je mets ma cup, parée pour le déluge. Et puis en fait, plus rien. Les reds finissent par débarquer 2 ou 3 jours plus tard en loucedé. Rien de dramatique, mes cycles restent à peu près réguliers. Mais je suis parano sur le fait que je pourrais me balader avec une grosse tache rouge sans m’en apercevoir. Limite je vais aux toilettes toutes les heures, scrutant mon fond de culotte. Là, ça me refait le coup, et en plus je les attends avec pas mal d’impatience pour pouvoir aller faire la prise de sang prescrite par Dr Strange. Je n’ai pas fini d’observer mes slips…


giphy-downsized (4)

Publicités

Rencontre du 3ème type

Hier matin, j’avais rendez-vous avec un gynéco pour lui demander de lancer les examens infertilité. Appelons-le Dr Strange parce qu’il est assez étrange. Le genre pince-sans-rire qui fait des blagues pas toujours compréhensibles. Ceci dit, il prend le temps d’expliquer les choses et de demander si on a des questions. Mais j’ai parfois eu l’impression qu’il me prenait un peu pour une débile. Je ne suis pas sure qu’il soit le bon gynéco pour moi et ses compétences me posent question : par exemple, pourquoi veut-il voir le spermo que Pacha a fait il y a 4 ans, et surtout pourquoi ne lui en prescrit-il pas un ? Il ne m’a pas auscultée, ni fait d’écho endo-chattale (non pas que ça me manque mais…). Je suis repartie avec une ordonnance pour une pds à J3 pour les checks habituels (FSH, LH, AMH et toxo). Ca tombe bien, je vais avoir mes règles la semaine prochaine. Une fois faite, je prendrai rendez-vous pour voir la suite et en fonction de ce qu’il me propose, je verrai si je continue avec lui ou si je change. On m’a parlé d’un autre gynéco spécialiste en infertilité – c’est un peu plus loin mais c’est jouable. Incertitude sur la suite donc.

Urgences (mais sans Georges C)

Dimanche matin, j’ai eu droit à un petit tour aux urgences. Pas pour moi, non (je suis de constitution robuste et à part la fois où je me suis pété le tibia circa 1992, je n’y avais plus remis les pieds) : pour Pacha qui souffre de cas récurrents de « man flu » – il a toujours un truc foireux quelque part et a tendance à un peu trop s’écouter. Donc là, c’était une suspicion de sinusite et il ne pouvait pas attendre d’aller voir le généraliste lundi. Attends, il aurait pu mourir pendant la nuit d’une occlusion des sinus… Bref, sentant le coup venir, j’avais eu mon frère au téléphone la veille qui m’avait dit que le mieux pour éviter trop d’attente était d’y aller le matin à 9h : la relève vient de se faire, et tous les cassos et les hypocondriaques de France et de Navarre ne se sont pas encore pointés (mon frère fait son internat, et est plein de bon conseils en plus des anecdotes poilantes spéciales urgences). On arrive donc à l’hôpital à 9h tapantes, et on suit gentiment les flèches vers le parking des urgences. Et là, tous les quelques mètres, je vois des panneaux « Urgences maternité ». Et un panneau vers la droite, et un vers la gauche, et encore vers la droite. Punaise je plains les meufs en situation d’urgence genre accouchement imminent . Si tu ne connais pas, tu peux tourner en rond pendant un moment.

A la réception on nous oriente vers la consultation du médecin de garde. Cool, on est les premiers. On s’installe dans la salle d’attente. Et dans les minutes qui ont suivi, ce ne sont pas une, pas deux mais TROIS femmes enceintes qui se sont pointées. Dont une qui valait le coup d’œil car elle avait la panoplie complète de la PB : le bola, le T-shirt à message « bébé à bord » et la ceinture de grossesse en Liberty (je croyais que ce truc avait disparu au début des années 2000). Incroyable.

giphy

 

Heureusement, on n’a attendu que 20 min. Y’a quand même des limites à ce que tu peux supporter un dimanche matin à 9h quand tu n’as dormi que 4h et que ton mec te fait chier depuis 2 jours avec ses mines de mourant.

Bilan : sinusite. Et point de George C ou de McDreamy à l’horizon mais un médecin qui avait l’air d’être au bagne et qui avait à peine la force de soulever son ordonnancier.

giphy-downsized (3)
Tu fantasmes sur ça
giphy-downsized (2)
Mais tu as ça

En vrac

Je ne sais pas si mon corps me fait payer les excès de la fin 2017, mais je suis dans un état bizarre : super fatiguée, le bide tout détraqué (mes gaz pourraient remplir des dizaines de bouteilles de Butane) et depuis quelques jours je fais des rêves très étranges alors que depuis en gros la naissance de Little Bitch, je rêve beaucoup moins (ou en tout cas je m’en souviens rarement). Là c’est vraiment le festival du n’importe quoi. Malgré tout ça, j’ai une libido d’enfer, ce qui est aussi inhabituel en 2ème partie de cycle. Ce doit être les beaux gosses de la série Vikings (je mate la dernière saison) qui me font de l’effet.

giphy-downsized (2)
Du sexe ! 

Pacha est « très malade » (traduire : il a un peu le nez qui coule) mais il ne se fait pas trop prier pour les séances de poney. Mon ostéopathe alias MacFeely va faire une syncope en voyant l’état de mes intestins et mon dos tout bloqué. C’est peut-être mon rdv chez le gynéco et la perspective de retourner en PMA qui me travaille. Va savoir. En attendant, je carbure au café et je compte me remettre au sport bientôt. Très bientôt. C’est juste que pour l’instant, je n’ai pas le courage de me lever 1h plus tôt quand il fait encore si noir dehors.

giphy-downsized (4)
No motivation

Parlez-vous fofo ?

J’ai découvert le monde des forums quelques mois après avoir arrêté ma contraception pour essayer de pondre. Je pense qu’on connaît toutes ces moments de folie où on fait des recherches gogole du genre « douleurs de règles, enceinte » ou encore « pertes marrons, enceinte ». Je me suis donc retrouvée sur des forums avec l’impression d’être dans un monde parallèle, avec son langage et ses codes. Ainsi, on est en essai bb1 ou 2 (ou plus pour les super fertiles). On fait des tp, et on espère que les zozos de zhom soient performants. On attend le +++ avec impatience. On est en C2 J20. On va chez le gygy. Si on a la malchance d’être en PMA, on se fait des picpic en espérant avoir assez de fofos pour obtenir ensuite des brybry de bonne qualité. C’est un monde où on a parfois l’impression que tout le monde bégaie.

Puis j’ai découvert la blogo PMA où je me suis sentie plus à l’aise. Plus de bégaiements mais des nouveaux termes tragi-comiques : DNLP, PB et autres RALC.

Voilà, je suis en C8 J18 et je vais bientôt chez le gygy car j’ai des fofos pourris et les zozos de zhom sont certainement des gros nazes.

giphy-downsized (1).gif
Bande de loosers

Quoi de neuf docteur

Après des fêtes passées à picoler et à manger tant et plus en famille, sans annonces de grossesse (youpi !), janvier sera médical. Rendez-vous gynéco, dermato et dentiste, sans oublier mon ostéo préféré qui va encore me dire que je suis tendue comme un string. Au programme : deux grains de beauté à enlever, des examens infertilité à lancer et une dent soit à couronner soit à arracher (drame). Ca va saigner.

J’ai quand même eu droit à la conversation familiale autour de la question « vous voulez combien d’enfants ». J’ai dit un seul. Oui c’est un mensonge mais si j’avais répondu deux devant la quinzaine de personnes présentes, bonjour la pression et les RALC…   Pas envie de devoir faire face à des questions répétées. Et puis je me prépare aussi à l’éventualité que Little Bitch sera peut-être enfant unique. Bien sur que j’ai de l’espoir et je n’ai même pas encore commencé mon parcours, mais je me méfie de DNLP et je préfère envisager cette possibilité pour ne pas tomber de trop haut si la PMA échoue. J’ai déjà beaucoup de chance d’avoir eu un enfant, et sans trop galérer en plus. L’oncle de Pacha lui a aussi dit au téléphone qu’il comptait sur nous pour faire un deuxième en 2018, et un garçon de préférence. Oui chef ! A vos ordres, chef ! Pour le sexe ça va être compliqué de choisir, et d’ailleurs même pour procréer tout court, chef.

giphy-downsized
Sir, yes, Sir, je vais pondre

L’enfer des arbres de Noël – les joies d’être parent vol. 3

Voici venue l’époque redoutée des arbres de Noël. Pensée émue à mes parents qui se sont enquillés année après année ces temps forts de l’année… J’adore Noël, hein : les décorations, le temps passé en famille, les marchés, le vin chaud, la chasse aux cadeaux. Mais être enfermée dans une affreuse salle des fêtes surchauffée sentant la transpiration n’en fait pas partie. Cette année, nous sommes allés à deux arbres de Noël ; celui du relais des assistantes mat et celui de la crèche car Little Bitch y va les mercredi. Je savais que ça allait être pénible mais je n’ai pas voulu la priver de voir le père Noël et ses copains, et puis je ne voulais pas passer pour la mère qui n’en a rien à faire, surtout que nous sommes des petits nouveaux dans le coin. Pacha lui découvrait le concept et hallucinait sur le fait que la plupart des parents y vont et sont à fond. On s’est donc retrouvés deux jeudi de suite entourés de gamins surexcités, de femmes enceintes, avec une Little Bitch crevant la dalle (ça commençait à 18h) et lui filant donc des papillotes en loucedé pour la faire patienter jusqu’à l’ouverture du buffet, ne connaissant personne et un peu largués. On a ainsi découvert que Mlle déteste le Père Noël (elle refusait de le regarder et pourtant il lui a filé deux papillotes, le « cocolat » étant son truc favori) et qu’elle n’aime pas non plus les événements de groupe (ça on le savait déjà). On a enduré le powerpoint interminable (crèche) et le chanteur has been (relais assistantes mat). On s’est bien marrés en entendant les prénoms de certains gamins. Admiration totale pour l’abnégation et la patience des organisatrices (toujours des femmes) qui ont enduré plusieurs heures de cris et ont fait l’air de rien face aux parents amenant des chips ou des galettes des rois industrielles pour le buffet sensé être fait maison. Malgré tout ça, on ne regrette pas d’y être allés, surtout qu’on apprécie beaucoup le personnel de le crèche et la nounou de Little Bitch, et cela nous a permis de leur dire. Par contre l’année prochaine, on se contentera d’un seul…

giphy-downsized